Annulation du concert de Death In June à Lyon ou la victoire des porcs ignorants sur la culture.

Parait-il que nous avons la chance de vivre dans le pays des Droits de l’Homme et que la culture serait un art important. Bon en fait ça ne fonctionne que lorsque ça arrange. Retour sur une folle semaine.

Death In June - Live Tour France 2013

Mardi 29 Octobre 2013 devait s’ouvrir au Ninkasi de Lyon la tournée du groupe « folk » britannique Death In June : « C’est Un Rêve Tour 2013″.

Le groupe est une sorte d’antithèse musicale et visuelle de la société et des côtés sombres de l’Homme. Au delà de la musique, sombre et expérimentale, l’esthétique prend une place importante délivrant des messages ésotériques et symboliques forts.

Il n’en faut pas moins pour déchaîner et réveiller les donneurs de leçons, les censeurs, les journalistes et les comités « anti » habituels des quatres coins du pays pour faire annuler cette horrible tournée d’un groupe de « metal » -sic- (source) en dénonçant une « esthétique mélangeant symbolique nazie et paganiste ».
Il n’en faut pas moins pour que ces spécialistes se mette à cracher sur un groupe qu’ils ne connaissent qu’à travers des sites « anti-faf » qui ne font que récupérer de fausses informations sans même prendre la peine de les vérifier ni même de contacter le groupe. Inutile de te rendre dans la partie commentaires des articles torchons pour tenter d’apporter un brin de lumière à ces obsédés de la Svastika, la censure est de mise.

Lire la suite

Tout est donc normal chez nous !

Salut. Je suis toujours vivant, je suis juste parti me promener de l’autre côté de l’Atlantique (j’ajouterai du contenu à ce sujet pour bientôt) et je te partage ici un e-mail que j’ai envoyé et qui a été lu sur Maurice Radio Libre le 18 Septembre dernier. 

Si cela te fait mal à la tête, n’hésite pas à passer ton chemin.

Hollande pluieC’est en se baladant un peu à l’étranger qu’on se rend compte à quel point notre pays est à la ramasse, et plus particulièrement depuis l’investiture de Hollande.

Alors que ce dernier était prêt à tout faire pour intervenir en Syrie avec les américains quoi qu’il arrive, que nos médias ne cessaient de parler de ce partenariat avec Obama un peu comme pour faire croire que la France a un poids dans le monde, ici pas un mot concernant notre super président  dans les médias.
En fait, le monde entier s’en moque de la France et de ses leçons de morale.

La campagne pub du moment chez nous c’est de vouloir inverser la courbe du chômage. Comment ? Avec des emplois aidés payés par l’état. Donc avec nos impôts.
Le gouvernement socialiste préfère ainsi supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires par pure idéologie afin de nous obliger à faire 35 heures et pas une de plus.
On nous fait croire que freiner le salarié qui veut faire trois misérables heures de plus par semaine pour augmenter un peu sa paie va créer de l’emploi, on attend toujours.

Pendant ce temps, dans d’autres pays on ouvre les boutiques 24h/24 et on ne se pose pas la question du travail dominical.

Alors on nous demande de faire des efforts car les caisses sont vides. Enfin vides quand ça arrange.
Comment peut-on expliquer aux gens que la France permet à tout étranger présent illégalement sur notre territoire depuis moins de 3 mois de pouvoir se faire soigner gratuitement aux frais du contribuable ?

Pendant ce temps, ce président normal décore de la Légion d’Honneur un footballeur qui va recevoir un rappel à la loi pour avoir tabassé son ex-femme.

Tout est donc normal chez nous.

.

Dans cet article du 29 Septembre 2013, Sebgob ...

Résultats

Loading ... Loading ...

.

« Nails, Cooking & Rock’n’roll » et un peu de sexe aussi + interview.

Quand j’étais gamin j’aurai aimé pouvoir lire les journaux des gonzesses en cachette, connaitre leurs secrets et leurs humeurs, savoir qui couche avec qui ainsi que les derniers ragots règles/sexualité, comprendre pourquoi le choix de tel ou tel vernis à ongles relève du casse-tête pour le non-initié, et j’en passe.

Désormais, plus la peine de réfléchir à moult stratégies pour savoir ce qu’il se trame dans la tête des filles puisque beaucoup nous dévoilent presque tout sur internet par l’intermédiaire des blogs, outil autrefois réservé aux bidouilleurs élitistes et aujourd’hui largement démocratisés grâce à WordPress (mais aussi un peu grâce à Skyblog, 100% Mag sur M6, Nana Invisible et les Pastilles Vichy).

nailsncooking.blogspot.fr

Pour comprendre tout cela, je suis allé à la rencontre de Luminou Roz, qui tient son blog « Nails, Cooking & Rock’n’roll » depuis quelques temps.
Sur ses pages, l’on peut lire des articles tels que Flirter sans coucher ? ou Mes petites hontes à moi et aussi des trucs totalement incompréhensibles pour moi comme Dulce de Leche by OPI (+Merlin, A England) et Ice and Candy ou la SNB de la honte.

Clique sur lire la suite pour découvrir l’interview. 

Lire la suite

Pourquoi je n’achèterai plus jamais rien à la FNAC.

Je n’ai jamais été un grand fan de l’enseigne FNAC, se présentant comme le spécialiste culture & multimédia, tout simplement parce que je trouve que les prix sont souvent plus élevés qu’ailleurs, mais aussi parce que les vendeurs sont, à mon goût, totalement inutiles et pédants.

Malgré cela, j’ai tenté l’aventure en me rendant sur fnac.com afin de me procurer l’édition remasterisée du vinyl de Pretty Hate Machine du groupe Nine Inch Nails, sortie en 2010. Ce pressage se présente avec une toute nouvelle couverture dans les teintes bleues et noires, retravaillée par Rob Sheridan. Tout l’inverse de la pochette originale de 1989 qui est plutôt rose et bleue.

Quand sur le site de la FNAC, tu commences à taper « Pretty Hate Machine » dans la barre de recherche, que cette dernière te propose « pretty hate machine – remasterisé nine inch nails », et que le deuxième choix est le vinyl avec la pochette de 2010, si tu commandes, tu devrais donc recevoir celui-ci.

Pretty Hate Machine Fnac Fail

A gauche : ma commande ; à droite : ce que je reçois. Bravo.

Et bien non. Les spécialistes de la culture ont réussi à confondre à ne pas faire la différence entre les deux. Je me retrouve donc avec le pressage tout pourri d’Universal dont même Trent Reznor avait dit qu’il ne fallait pas l’acheter ici et .

 

J’ai tweeté (oui je sais) cette petite mésaventure à @fnac qui répond souvent à ses clients par cet intermédiaire. Pas de réponse. Même chose en passant par la rubrique « contact » depuis l’espace client du site. Pas de réponse.

Seules solutions, se faire chier à retourner le vinyl non déballé par la poste ou se rendre en magasin (j’ai que ça à faire c’est vrai) pour un remboursement.

Bravo les mecs. Tout ça pour un simple JPEG. Suffisant pour que j’ajoute cette enseigne une bonne fois pour toute sur ma blacklist, là où figurait déjà, entre autres, Starbucks. Et ce n’est pas rien.

.

Pourquoi je déteste Starbucks.

Aujourd’hui je vais te faire partager mon sentiment sur un endroit que je déteste presque autant qu’un Apple Store : le Starbucks.

Ici dans ce haut-lieu faussement branchouille, l’on vient pour se retrouver entre étudiants, smartphone à la main ou ordinateur portable sous le bras pour montrer que l’on est prêt à débourser le double d’argent nécessaire simplement pour avoir un produit à l’effigie d’une pomme entamée.

Point de ralliement incontournable, on se donne rendez-vous entre copines via Facebook afin de parler des dernières « tendances modes » relevées parmi les milliers de blogs de pisseuses mettant en avant leurs dernières trouvailles chiffons en se prennant pour des stars ; ou pour échanger ses dernières créations sur Instagram, cette application qui te permet de te prendre pour un super-photographe en prenant n’importe quoi en photo puis appliquer un simple filtre pensant que cela puisse rendre ta vie intéressante.

On entre donc en découvrant cette atmosphère de coolitude excessive pour se diriger vers l’immense file d’attente.

Arrivé face au vendeur portant le splendide uniforme de cette chaine mondiale, on peut passer notre commande : un café reputé unique (on ne sait d’ailleurs pas vraiment pourquoi) servi dans un somptueux gobelet en carton arborant le logo Starbucks, puis une patisserie classique. Le tout pour une douzaine d’euros ce qui est totalement raisonnable.

Vient ensuite la partie la plus délicate de ce voyage dans le temple du bon-gout : trouver une table et une chaise, ce qui à la vue du découragement qui se profile peut se résumer à « trouver une surface plate pour s’asseoir ».

On zigzague donc entre le jeune étudiant parfaitement décoiffé portant un t-shirt « I Love NYC » mettant à jour son statut Twitter sur son iPhone, deux filles lesbiennes à frange en rangers devant leur MacBook Pro customisé avec un autocollant Peace & Love en train de passer un appel Skype, ou encore l’étudiante en psychologie qui a preféré venir réviser ses cours ici plutôt que chez elle ou dans une bibliothèque -quoi de plus normal-.

Bref, on trouve un bout de banquette et une table sale pour ingurgiter cette douzaine d’euros tout en prenant finalement plaisir à regarder cette faune 2.0 devenue banale de nos jours.

On se casse ensuite pour voir en se retournant qu’un mec se précipite pour prendre la place et ainsi pouvoir brancher son PC et continuer à utiliser le wifi très gracieusement mis à disposition.

Starbucks ce n’est pas pour moi. Et ça tombe bien, je n’aime pas le café.

.

11.11.11 11:11

Si tu es en mesure de lire cet article, qui a été programmé à l’avance précisément pour le 11 Novembre à 11h11, c’est que tu es toujours vivant et que rien de spécial n’est arrivé.

Un peu comme le « bug de l’an 2000″.

Cela dit, vivre un 11/11/11 n’arrivera qu’une seule fois dans notre vie, et au final ce n’est rien d’autre qu’un jour comme les autres.

Rendez-vous le 12/12/12 pour, éventuellement, la fin du monde.