L’anglicisme à outrance en France : allons-nous trop loin ?

L’anglicisme à outrance tel qu’on peut le lire et l’entendre depuis quelque temps en France peut très souvent donner des envies de violence.

Sur Twitter ou Facebook, on met un « like » aux « posts » de la dernière blogueuse mode tendance qui vient d’ « upgrader » son pantalon déchiré « streetwear » pour le montrer à ses « followers« .

« On se voit soon ? »

Dans le monde du travail, les consignes sont données par le supérieur hiérarchique par mail avec un « ASAP » en fin de phrase parce que ça fait bien, même si la règle é/er n’a pas été respectée dans le début du propos.

Plus tard, les copines qui bossent dans le « social marketing« , dans le « community management » ou dans le « domaine digital » se retrouvent en « after-work » afin de prendre un « drink » pour « checker » les derniers « buzz » et les nouveaux trucs « hype« .

En parallèle à cela, plus personne ne sait écrire le français correctement. On accorde un peu comme on veut avec les auxiliaires être et avoir, au point que les prochaines réformes de l’orthographe semblent s’orienter vers la disparition de ces règles qui remontent pour nous à l’époque des bancs de l’école.

En effet, le Français ne sait très souvent ni écrire ni parler correctement la langue du pays, et concernant la langue anglaise c’est encore pire.

Il suffit de se rendre à l’étranger pour entendre comment nos compatriotes en vacances font pour lamentablement essayer de se faire comprendre.

Il y a encore du boulot, à moins qu’il ne soit déjà trop tard.

Donne ton avis !

Dans cet article sur l’anglicisme, Sebgob ...

Résultats

Loading ... Loading ...

Un commentaire à propos de “L’anglicisme à outrance en France : allons-nous trop loin ?

  1. Ptdr, ca fait vingt ans que le milieu professionnel a pété les plombs, internet était à peine là, qu’on avait des OuAiB mArKaItOr, un cauchemar du genre. Mais de l’autre coté, on a la poste qui a essayé d’imposé LEMEL dans un ratage monumental DEMON DEMON

Laisser un commentaire